Qu'est-ce qui fait qu'une moto est un bobber ? Liste de contrôle des caractéristiques

avril 17, 2020

Après avoir vu dans l'article bobber: la moto qui vous ressemble comment est défini un bobber, nous allons nous focaliser sur les éléments qui différencient un bobber d'une moto classique. 

 

Le cadre rigide 

Le cadre rigide, appelé hardtail de l'autre coté de l'Atlantique, est un élément différenciant d'un bobber par rapport à une moto traditionnelle. Un cadre rigide est en fait, un cadre fabriqué en une seule partie. Il y a pas de partie amovible que l'on appelle bras oscillant pour tenir la roue arrière. 

On retrouve souvent ce genre de cadre sur les vélos. 

Il s'agit du type de cadre qui était présent sur les motos des années 30 avant le développement des suspensions de roue arrière et plus tard, du bras oscillant. Ci-dessous une Triumph 6/1 produite de 1933 à 1935 (source: Wikipédia).  

Le cadre n'intègre aucune suspension à l'arrière, le "amortissement" est apporté par la selle (via les ressorts) et l'ensemble jantes/pneumatiques.

Voici un comparatif entre un cadre suspendu du VF750FD (à gauche) et un cadre rigide de Harley 125 (à droite). Sont notés en rouge les éléments différents entre ces 2 cadres. 

 

Il a un cadre rigide que l'on retrouve sur les bobbers et les choppers: le cadre Gooseneck. 

Gooseneck c'est un mot anglais qui signifie col de cygne. La particularité de ce cadre se trouve sur la partie. C'est un cadre rigide à déport .

 

Pour un peu plus de confort et "moins" traditionnel, Il existe de nombreux customs qui reproduise la ligne d'un cadre rigide mais qui possède un amortisseur arrière. Ce type de cadre est appelé chez nos amis anglophone "softail". 

Voici un cadre Softail de chez Craft Tech, on retrouve la ligne d'un cadre rigide mais avec un confort supplémentaire. 

Le bras oscillant suit la ligne de cadre et l'amortisseur est généralement placé de façon à être moins visible. 

Source: https://www.blogbmw.fr

Un exemple réussit de ce type de cadre est celui de la BMW R18 ou la ligne est respectée et pourtant la moto bénéficie d'un bras oscillant et d'un amortisseur (lieu dissimulé dans l'axe du cadre) pour le confort du pilote. 

Source: heroesmotors

La Zero Engineering Type 9 adopte elle système très particulier. 

 

 

On voit mieux sur cette photo le "Mulit-Arm Suspension" c'est un système d'amortissement innovant développé par l'équipe de ZeroEngineering à plusieurs bras et plusieurs points de pivot. Ce produit est proposé seulement sur la Type 9 pour se déplace plus facilement et réagit plus efficacement à la route.

Mais ceci est un leurre pour les puristes du rigide.  

 

Les pneus ballons

De gros pneus! Voici une autre caractéristiques des bobbers. 

Ces pneus à flanc démesuré apporte un look de baroudeur, aux dimensions similaires à l'avant et à l'arrière sont dans l'ADN des bobbers. 

Ici sur une collaboration entre Rough Crafts et Zero Engineering.

 

Ces pneus "carrés" sont déconseillés aux moins avertis car ils procurent une conduite très différentes que des pneus traditionnels. 

Ils possèdent une capacité d'absorption non négligeable lorsqu'on roule en rigide. 

Ils influencent la conduite et il est préférable d'user du frein arrière avec eux. 

Plusieurs marques et modèles sont plébiscitées. 

En premier lieu on retrouve le fameux Firestone Deluxe et ces copies. 

Les pneus Avon sont réputés et apportent un peu plus de sérénité que les Deluxe. 

 Source: http://chazster.com/

 

Ci-dessous à l'essai le modèle Cobra chez Chazster. 

La taille prédominante dans le monde des bobbers est le 5.00x16 à l'avant et à l'arrière. 

 

 

Les jantes à rayon

Rien d'original ici, les jantes à rayon sont appréciées pour la plupart des préparations. A noter que sur un bobber, les jantes sont de préférences de la même taille à l'avant et à l'arrière. 

Et bien-sur, en 16 pouces, cela procure un look imparable de mécanique « rampante ». 

 

Le réservoir Peanut

Le réservoir en alu de préférence en aluminium apporte une touche old school au bobber. Ils sont souvent petits, cela nous rappelle le fait que ce sont souvent des bécanes pour de petites balades.

Dans la multitude de type de réservoirs (Fatside, King tank, Bobbed gas tank, Wassell Peanut Style, Narrow Alien Chopper, Frisco Mount Chopper Bobber, Mustang, Axed...) disponibles pour la customisation, le modèle de type Wassell est un modèle apprécié. 

 Voici le réservoir fourni par remmotorcycle.com:

reservoir peanut bobber

On le retrouve sur une célèbre préparation de Zeus Custom (différent et moins connu que Deus Custom) ou sur les Zero Engeneering. 

 Source: http://zeuscustom.shop/ Base: Leonart 250cc

 

 

L'absence de carénage

Et oui cela fait parti des caractéristiques du bobber. Il y a très peu de taule dessus. La seule pièce obligatoire est le réservoir. Ainsi celui-ci habille un peu la moto. De nombreux bobbers ne possèdent pas de garde-boues.

Seul le garde-boue arrière est "autorisé", on ne retrouve pas de carénage à l'arrière, pas au niveau de filtre à air, de sabot, rien. Le minimum. 

 

 

Le guidon bas

Contrairement aux choppers qui ont tendance à avoir des guidons hauts voir très hauts pour certains, pour le bobber, le guidon est bas. 

Il est plus ou moins large, avec des formes différentes mais dépasse que de très peu le réservoir ou la fourche en hauteur. 

Le guidon est même très bas et il faut aller chercher en avant sur le bobber de chez Zero ou il est soudé à la fourche Springer. Une position de conduite particulière entre les bras et les pieds en avant. 

Pour en revenir au modèle, le guidon plat et courbé est une valeur sure très apprécié. 

Ici en démonstration:

 

On peut retrouver aussi des modèles plus atypiques comme ce modèle qui prend son inspiration sur les guidons de motocross des années 70:

 

Un guidon classique renversé peut aussi être utilisé afin d'abaisser la position de conduite des bras. 

Sur les bobbers appelés "bobber japonais" les guidons sont plus hauts et assez resserrés comme sur les 103 à l'époque. 

 

 

La selle sur ressorts

La selle à ressorts est l'un des premiers éléments que le préparateur à dans l'envie d'installer pour commencer la préparation en bobber. Il s'agit d'un autre élément commun aux choppers. 

Il existe une très large variété de selles solos sur le marché avec des formes, des couleurs et des qualités diverses. 

Modèle proposé par remmotorcycle.com

 

Les selles de bobber sont souvent noires, et quelques fois marrons. Pour le type, dans l'esprit minimaliste du bobber, les modèles simples sont les plus efficaces. 

Les petites fantaisies peuvent être présentent au niveau des coutures. La selle peut être sans coutures, avec des coutures droites ou des coutures en diamant. 

La forme aussi peut variée. Il existe des modèles plats et d'autres qui épousent la forme des fessiers. 

Etant donné l'absence d'amortisseur à l'arrière, nous conseillons de choisir un modèle de qualité. Une bonne mousse, la largeur correspondant à la largeur de l'arrière train du pilote et une base en métal pas trop rigide. 

Associé à la selle pour le confort, les ressorts sont un élément très important. Ils sont à sélectionner en fonction du poids du pilote et doivent pas être trop dur sinon ils apportent aucun confort. 

Avec un mauvais confort, vous pouvez transformer une sortie dominicale agréable en un véritable calvaire. 

 

Voici l'exemple d'un ensemble confortable proposé par Remmotorcycle. Un ensemble support de selle, ressorts larges et selle façonnée à la main. 

 

 

La fourche Springer

La célèbre fourche à ressort est l'élément ultime du bobber. Issu des modèles standards des Harley des années 60-70, ce type de fourche en impose. 

La fourche Springer possède deux petits amortisseurs en son sommet.

Fourche Springer Remmotorcycle sur-mesure. 

 

Elle possède une grande rigidité et une qualité de filtration différente des fourches classiques. Avec cette technologie old school, elle absorbe correctement les petites irrégularités et ne renvoie pas de coups de raquette en détente.

De nos jours, on retrouve des fourches Springer pouvant recevoir des freins à disque à l'avant afin d'assurer la sécurité de la moto. 

C'est avec une fourche Springer que l'on différencie un bobber classique d'un bobber ultime. 

 

  Fourche Springer Remmotorcycle. Modèle pour Shadow. 

 

Cependant, la fourche Springer n'est pas la seule solution pour bobberiser une moto. Les fourches à parallélogramme possédant un mono amortisseur sont un type de fourche apparu avant les Springer.

Ce type de fourche apporte un coté très ancien à la préparation. On retrouve de beau modèle sur les Terrot, les Peugeot et autres motos d'époques. 

 

Image: Bobber Shadow 600 en préparation

 

La dernière solution, plus économique pour embellir la fourche est une solution très appréciée par les japonais. On la retrouve souvent sur les préparations des bobbers japonais

Il s'agit d'habiller la fourche d'un petit carénage, en aluminium. Cela rend la partie avant plus imposantes, à la manière d'une Springer. 

Photo: BMW Motorrad R5 compressor concept. 

 

Ce style s'éloigne des bobbers traditionnelles mais fait parti intégrantes du style bobber en Asie. C'est l'un des éléments différenciants entre le bobber typé américain de celui typé jap'. 

Ces couvres fourche sont présents sur de nombreux deux-roues mais le style adopté ici est proche de celui des Harley Panhead. 

Cette approche a été choisie par BMW pour son R18. 

Photo: ces caches fourche sont disponible sur commande. 

Cela permet de garder le confort d'une fourche classique sans compromis sur le look. 

 

Résumé

Nous avons vu que pour chaque composante d'une moto, le bobber possède des éléments spécifiques qui fait sa personnalité et son originalité dans la masse des motos existantes. On résumé, le bobber c'est une moto dépouillée à cadre rigide (ou s'en rapprochant) de forme triangulaire, avec des gros pneus, une selle à ressort et un passionné dessus! 

 


SUIVEZ L’ACTUALITÉ DE REMMOTORCYCLE!